La Juve ringardise le Barça

La Juventus a facilement éliminé le FC Barcelone en quarts de finale de la Ligue des Champions. Lors des deux matches, les Bianconeri ont incarné un football moderne, intelligent et solide, là où les Blaugranas n'ont plus été que la caricature d'eux-mêmes.

La presse catalane n'est pas tendre avec le FC Barcelone au lendemain de l'élimination sans gloire de l'équipe catalane face à la Juve. Pour El Mundo Deportivo, c'est "un Barça sans magie, sans but, qui dit adieu à l'Europe. Pour Sport, le constat est plus cruel encore. "Avec un seul tir cadré, il est impossible de remonter".

Et de fait, Gigi Buffon a passé une soirée tranquille au Camp Nou. A la limite, avec des adversaires comme ces Blaugranas-là, le gardien international italien peut aisément prolonger sa carrière durant une bonne vingtaine d'années encore. Car hormis l'essai gentillement cadré de Messi, il n'a pratiquement rien eu à faire.

Certes, devant lui, le dernier rempart des champions d'Italie a pu compter sur un bloc défensif irréprochable. Avec qui plus est des joueurs comme Dybala, Cuadrado, Higuain et Mandzukic qui ont constamment alterné pressing très haut et contre-attaques en formes d'épées de Damoclès suspendues au-dessus de la tête des Catalans. 

Mais si le mérite des Turinois est indéniable, la prévisibilité, le tricotage emberlificoté, la monotonie du jeu du Barça ont au moins autant joué dans l'issue de ce quart de finale. Là où la MSN aurait dû exhiber des dents de crocodile, on n'a eu droit qu'aux larmes surjouées de Neymar.

Le Brésilien a dribblé 90 minutes durant comme un artiste de cirque plutôt que comme un joueur de football. Dribbler un défenseur et perdre ensuite le ballon ou dribbler six défenseurs et perdre également le ballon, c'est kif-kif et ça laisse le zéro au marquoir. Suarez a été mangé tout cru et à belles dents par Chiellini et Bonucci.

Quant à Lionel Messi, il continue d'avoir un excellent pied gauche, mais au vu des duels contre la Juve, c'est à peu près la seule chose qu'il lui reste.

Enfin, une fois de plus, la machine Barça a montré qu'elle ne fonctionnait qu'en suivant un GPS daté qui ne renseigne pas les embûches, les barrages, les déviations, les raccourcis, les trous dans la voirie ou encore les limitations de vitesse.

En tout cas, la tâche du successeur de Luis Enrique la saison prochaine s'annonce déjà compliquée. Car les mises à jour à apporter à l'équipe blaugrana sont nombreuses. 

Et en attendant, le Clasico de dimanche, les Catalans l'aborderont avec un goal-average inquiétant de 0-5 (une manita à rebours!!)qui a sanctionné leurs trois derniers matches. (Dupk/Picture : Belga)   

News

Plus de news

La meilleure offre de Sports est sur Proximus TV

Dossiers

Top