Les drôles d'oiseaux de la Jupiler Pro League

On a souvent tendance à mettre les footballeurs professionnels dans un moule formaté. Or, comme à chaque règle, il existe des exceptions. La Jupiler Pro League comporte un certain nombre de joueurs et d'entraîneurs qui se singularisent par leur caractère, leur dada ou leur origine. Petit aperçu.

Alexander Scholz

Alexander Scholz © Belga

D'abord à Lokeren, puis au Standard de Liège, le Danois est, depuis quelques années, une valeur sûre de la Jupiler Pro League. Le défenseur ne correspond pas au profil type du footballeur professionnel. Footballeur-philosophe, Sartre et Rousseau font partie de son quotidien, il adore bourlinguer. À 18 ans, il est parti avec son sac à dos découvrir le monde, de Saint-Jacques-de-Compostelle au Kilimandjaro, en passant par l'Inde et le Népal. À Liège, pas question de se mêler aux fêtards du Carré. Il préfère de loin un citytrip culturel à Paris en compagnie de sa grand-mère !

Dylan Lambrecth

Dylan Lambrecth © Belga

La carrière de Dylan Lambrecth est aussi chaotique que son nom de famille est difficile à orthographier ! Formé à Genk, l'attaquant explosa au RFC Liège, en D2 Amateurs, au début de la saison 2016-2017. Transféré à la surprise générale, au Sporting d'Anderlecht en janvier dernier, il fut prêté dans la foulée à Roulers, d'où il fut viré après avoir joué à peine... 19 minutes ! Il évoluera la saison prochaine à l'Union Saint-Gilloise, toujours prêté par Anderlecht.

Zotsara Randriambololona

Zotsara Randriambololona © Belga

Lors de son récent transfert de l'Excelsior Virton au Royal Antwerp, les commentateurs sportifs ne savaient pas trop à quel saint se vouer. Outre qu'il possède un patronyme littéralement imprononçable, l'attaquant possède une nationalité très peu fréquente, voire unique, dans le championnat belge. Il est en effet originaire de Madagascar.

Guillermo Ochoa

Guillermo Ochoa © Belga

Icône emblématique dans son pays d'origine, le Mexique, le nouveau gardien de but du Standard est, dans son genre, un original. Même s'il prétend ne pas boire, il a toujours chez lui de la tequila en suffisance « dans le cas où quelques amis viendraient à passer ». Par ailleurs, certains ont fait courir le bruit que « Memo » possèderait six doigts à la main droite, une rumeur démentie depuis. Enfin, en arrivant à Liège, il a choisi de porter le numéro 8, en référence à son patronyme (ocho signifiant 8 en espagnol).

Luis García

Luis García © Belga

Luis Garcia s'est fait une place au KAS Eupen parmi une kyrielle de joueurs d'origine africaine et de quelques néerlandophones. Formé au Real Madrid, l'international espagnol a passé le plus clair de sa carrière dans son pays d'origine, passant successivement par le Real Murcie, Majorque, l'Espanyol Barcelone et le Real Saragosse. Élu « joueur de l'année » par les supporters eupenois, il a notamment pour mission d'assister et conseiller les jeunes talents.

Mircea Rednic

Mircea Rednic © Belga

Jadis entraîneur, entre autres, du Standard et de La Gantoise, le Roumain fait aujourd'hui les beaux jours du Royal Excel Mouscron. Toutefois, Rednic n'a rien d'un homme ordinaire. Il est en effet millionnaire, roule en Bentley et porte le grade de colonel dans l'armée roumaine. Désormais, il est à la tête des troupes mouscronnoises.

Ryota Morioka

Ryota Morioka © Belga

Cet été, la direction de Waasland-Beveren a cassé sa tirelire pour attirer le médian japonais, qui est devenu le joueur le plus cher du club flandrien. Avant de s'imposer comme milieu de terrain, Morioka était gardien de but, un poste dans lequel il s'illustra jusqu'à l'âge de onze ans. Il a débarqué cet été au Freethiel en provenance du club polonais du Slask Wroclaw.

Frank Boeckx

Frank Boeckx © Belga

Ce bon vivant, qui ne dédaigne pas un petit verre, est titulaire d'un diplôme de cuisinier et collectionne les disques vinyle. Devenu persona non grata à La Gantoise, incertain quant à son avenir dans le foot professionnel, Boeckx projetait de parcourir l'Amérique du Sud en sac-à-dos lorsque la direction du Sporting d'Anderlecht lui donna sa chance. En novembre 2016, il prit la place de Davy Roef dans la cage des Mauves et demeura titulaire jusqu'à la fin de la saison, ponctuée par un titre de champion de Belgique.

Marco Ilaimaharitra

Marco Ilaimaharitra © Belga

Arrivé à Charleroi en provenance de Sochaux en juillet dernier, le milieu récupérateur français possède un patronyme tout aussi imprononçable que le Malgache Randriambololona. Âgé de 22 ans à peine, ce grand espoir du foot français a disputé plus de 100 rencontres au plus haut niveau. À son arrivée au Mambourg, il a laissé d'emblée une excellente impression.

Lukasz Teodorczyk

Lukasz Teodorczyk © Belga

Lorsqu'il débarqua à Anderlecht à l'été 2016, l'attaquant polonais était précédé d'une réputation de joueur arrogant et égocentrique. Une image qui ne correspond pas vraiment à la réalité. Plutôt discret avec la presse, il est un véritable boute-en-train dans les vestiaires. Exemple : un jour, il passa un savon à un journaliste polonais en utilisant le portable de Frank Boeckx et en se faisant passer pour ce dernier.

Jordi Vanlerberghe

Jordi Vanlerberghe © Belga

Alors que de nombreux footballeurs passent le plus clair de leur temps libre à jouer à FIFA, Jordi Vanlerberghe a un hobby nettement moins terre-à-terre. Le milieu défensif du Club de Bruges est en fait un pianiste émérite. Son idole n'est ni Cristiano Ronaldo, ni Zinedine Zidane, mais le pianiste belge Jef Neve. Le vestiaire brugeois compte un virtuose de plus !

News

Plus de news

La meilleure offre de Sports est sur Proximus TV

Dossiers

Top