La Proximus League est bien plus que du foot

La Proximus League, c’est bien plus que la deuxième division de notre football national. Anciennement surnommée ‘le cimetière du football’, la Proximus League offre aujourd’hui une image nettement plus positive. Chaque jour, nous travaillons à peaufiner cette nouvelle réputation. Nous mettons tout en œuvre pour rester proche des fans et pas seulement en retransmettant toutes les rencontres à la télévision. Les supporters fidèles savent que nous leur proposons chaque jour des news exclusives et fiables, des reportages au cœur des vestiaires et du fun sur Instagram,... Bref, il y en a pour tout le monde et pour tous les goûts. 
 
Vous n’êtes pas encore familiarisé avec les atouts de la D1B? Voici quelques bonnes raisons de suivre au quotidien la Proximus League!

La fête des fans

La fête des fans © belga

On sous-estime trop souvent la Proximus League, moquée pour son prétendu manque d'ambiance ou son prétendu faible niveau. La saison passée, le Royal Antwerp FC était l'équipe qui rassemblait le plus de fans en tribunes, mais cette année aussi il y avait beaucoup d'ambiance dans les stades.

Prenons par exemple le match aller de la finale de la Proximus League au Kiel. Pas moins de 12.000 fans avaient répondu présents, des chiffres à faire pâlir d'envie bien des équipes de première division. La Proximus League, les oubliettes du football pro? Courtrai, Saint-Trond, Lokeren, Waasland-Beveren, Mouscron, Ostende et Eupen n'ont jamais approché une assistance de 12.000 personnes. 
 
Pour la finale retour au Jan Breydel, samedi soir, les places partent comme des petits pains. "Actuellement, nous en sommes à plus de  10.000 tickets vendus et nous devrions jouer devant un stade bien garni samedi soir", confirme le Cercle de Bruges à notre rédaction. Peut-être même que les Brugeois pulvériseront le record d'assistance de la saison, propriété du Beerschot Wilrijk depuis dimanche dernier. 
 
Un scénario que l'on avait déjà connu la saison passée en Proximus League, où le derby entre l'Antwerp et le Lierse au Bosuil avait attiré la toute grande foule avec plus de 12.000 spectateurs, chiffre également atteint pour la finale. 
 
La Proximus League ne manque donc pas d'atouts! Nous vous avons déjà prouvé qu'elle elle était une pépinière pour les jeunes talents. Nous vous avons montré les 11 buts les plus spectaculaires de la saison et le stades ne manquent ni de public, ni d'ambiance... Bref, la Proximus League n'a rien à envier à la Jupiler Pro League! 
 
Pas encore convaincu? Osez petit like sur notre page Facebook ou suivez-nous sur Instagram. Vous pourrez alors vivre la finale retour depuis le premier rang! 

L'avis de Franky Van der Elst avant la finale: "L'apothéose d'une saison passionnante!"

L'avis de Franky Van der Elst avant la finale: "L'apothéose d'une saison passionnante!" © Photonews

Dimanche, c'est le grand jour: le Beerschot-Wilrijk et le Cercle de Bruges se retrouvent pour la première manche de la finale de la Proximus League. "Dans leurs duels précédents, le Cercle semble avoir pris l'avantage, mais lors d'une finale, les statistiques ne comptent plus..."
 
"Lors d'un match de finale, d'autres facteurs que la différence de qualité entre les deux clubs entrent en ligne de compte. Le stade du Beerschot Wilrijk qui sera 'sold out' est un de ces facteurs. Qui gèrera le mieux le stress? Qui est dans une spirale positive? Des questions auxquelles nous auront des premières réponses dimanche", explique Franky Van der Elst a notre rédaction.
 
Curieusement, tant le Beerschot Wilrijk que le Cercle de Bruges n'ont plus gagné depuis quatre matches. "Cela démontre une fois de plus le niveau très proche de toutes les équipes de la Proximus League. Mais cette série de matches sans victoires signifie aussi autre chose. Le Beerschot Wilrijk joue depuis un certain temps en fonction d'un seul objectif: ces deux matches de finale. Et tant pis pour les points perdus à la fin de la deuxième période. Le Cercle s'est aussi permis de laisser des joueurs au repos. Il faut regarder plus loin que les simples statistiques."
 
"Deux noyaux expérimentés"
 
La qualité des noyaux des deux clubs semble très proche: "Les deux équipes ont pas mal d'expérience dans leur noyau. Il y a  Losada, Messoudi et Swinkels au Beerschot Wilrijk face à Taravel, Lambot et Mercier au Cercle. Ce sont des joueurs qui connaissent la musique. Le facteur stress joue toujours un rôle, mais les deux clubs comptent suffisamment de gars qui peuvent tenir la barre dans la tempête. Et dimanche, ce sera nécessaire. Car le Kiel, c'est un vrai 'chaudron'. Les supporters joueront un grand rôle."
 
L'an passé, l'équipe qui avait remporté la deuxième période partait favorite de la finale. Même scénario cette saison? "La réponse ne viendra que plus tard et il est difficile de tirer des conclusions puisque ce n'est que la deuxième saison où la compétition se joue dans cette formule. Mais le fait que le Cercle ait gagné la deuxième période et sorte d'une série de 12 matches sans défaite n'est évidemment pas anodin. Se croire invincible serait évidemment néfaste pour le Cercle, mais Vercauteren ne laissera sûrement pas ce sentiment s'installer."
 
Brys VS. Vercauteren
 
Parlons maintenant un peu des deux entraîneurs. Y en a-t-il un qui vous paraît mieux armé? "Non, tant Brys que Vercauteren sont des coachs expérimentés qui ont prouvé à maintes reprises leurs qualités. Ils savent mieux que personne préparer ce genre de rencontres."
 
Du côté du Beerschot Wilrijk, plusieurs blessures pourraient néanmoins s'avérer difficiles à gérer. "L'idéal est évidemment d'avoir une infirmerie vide à l'approche d'une finale. Mais les blessures font partie intégrante du jeu. Le Cercle a longtemps du se passer d'Irvin Cardona, son meilleur attaquant. Pour le Beerschot Wilrijk, cela tombe évidemment assez mal. Tant Pietermaat que Mbombo ou Maes ont prouvé qu'ils pouvaient se monter décisifs en cours d'un match."
 
Un favori, Franky? "Je n'oserais pas m'avancer sur un nom... Du moment que nous vivons une finale agréable et fair play, je serai heureux. Celui qui s'imposera l'aura sûrement mérité."

Finale de la Proximus League: voici les hommes forts des deux finalistes

Finale de la Proximus League: voici les hommes forts des deux finalistes © belga

C'est ce dimanche que sera disputé le match aller de la finale de la Proximus League. Le Beerschot Wilrijk recevra le Cercle de Bruges pour le premier volet de ce duel très attendu pour la promotion en Jupiler Pro League.
 
Sans faire injure au reste du noyau, nous avons choisi de nous intéresser pour chaque équipe finaliste à deux joueurs qui se sont montré déterminants cette saison.

Beerschot Wilrijk

Commençons par Hernan Losada et Rafaël Romo, les deux hommes forts du Beerschot Wilrijk.

Hernàn Losada (photo à gauche) a fêté son 36ème anniversaire le 9 mai dernier, ce qui en fait le doyen de la Proximus League cette saison devant Mamadou Diallo et Grégoire Neels, les deux vétérans Unionistes. Même si certains émettaient des doutes sur les capacités d'adaptation de l'Argentin à la Proximus League, Losada a apporté une réponse cinglante à ses détracteurs sur le terrain: après 4 journées de compétition, il était déjà le meilleur buteur de la D1B avec 5 réalisations à son actif. Il a ensuite maintenu le cap pendant toute la saison. Bref, Losada est loin d'être un joueur fini!
 
Deuxième joueur du Beerschot Wilrijk à mériter une mention spéciale cette année, Rafael Romo. Le gardien sud-américain a été transféré dans la métropole anversoise en juillet 2017, en provenance de l'Apoel Nicosie mais au début de la saison, on savait peu de choses sur son véritable niveau. Et même si sa carte de visite était plutôt alléchante, la question était de savoir s'il pourrait s'imposer comme un pion décisif sur l'échiquier du Beerschot Wilrijk. Huit mois plus tard, la réponse ne fait aucun doute. S'appuyant sur une défense extrêmement solide, Romo a plusieurs fois fait individuellement la différence, signant même 13 clean sheets cette saison. Pour la petite histoire, seul le gardien du club de Heule, en quatrième provinciale (Flandre occidentale) a fait mieux avec 14 matches sans encaisser de but.

Cercle de Bruges

Intéressons-nous maintenant aux 2 joueurs qui ont fait parler d'eux du côté du Cercle de Bruges cette saison.

Commençons par Irvin Cardona (photo à droite), un pur talent de 19 ans, en provenance de l'AS Monaco. Ce joueur français avait déjà fait grosse impression en UEFA Youth League. Mais la question était de savoir s'il pouvait s'imposer à un niveau supérieur. Comme Losada, Cardona a débuté sa saison en trombe en se montrant décisif lors des deux premières journées de la compétition. Malheureusement, il se blessa peu après et il fallut attendre jusqu'en février pour le retrouver en pleine possession de ses moyens. Lors des 9 matches qu'il disputa ensuite, il signa la bagatelle de 5 buts et quatre assists! De quoi faire partie à plusieurs reprises de notre équipe de la semaine...
 
L'autre étoile qui a brillé au firmament du Cercle cette saison est incontestablement Xavier Mercier. Après une année difficile à Courtrai, en Jupiler Pro League, il choisissait de relever un défi intéressant dans la Venise du Nord. Avec 9 buts et autant d'assists, il a été -et de loin- le joueur le plus décisif de la Proximus League. En plus de ces statistiques flatteuses,  Mercier s'est montré très présent dans le jeu, semaine après semaine et a été impliqué dans presque tous les buts de son équipe. A 28 ans, le joueur français peut donc se targuer d'avoir réussi une saison quasi parfaite et mérite le titre de Mister Proximus League 2017-2018!

Y a-t-il du spectacle en Proximus League? La réponse avec les 11 perles de la saison!

Y a-t-il du spectacle en Proximus League? La réponse avec les 11 perles de la saison! © belga

Certains ont tendance à sous-estimer la Proximus League mais les spectateurs attentifs savent que la D1B est synonyme de spectacle. Et de buts magnifiques. Vous avez du mal à le croire? Cette compilation des perles de la saison devrait vous faire changer d’avis!

Principal fournisseur de ce top 11, le Lierse. Si vous aimez le spectacle, vous en trouverez souvent au Lisp. Ce n’est donc pas un hasard si Mégan Laurent (photo) a signé le plus beau but de la saison. Irvin Cardona, une des révélations de cet exercice, figure à la deuxième place de notre classement. Son but n’a pas seulement été le point de départ d’un incroyable retournement de situation au Kiel. C’est aussi une pure merveille ! L’inévitable Ivan Yagan complète ce top 3. Son but date du week-end dernier sur la pelouse du Beerschot Wilrijk. Un assist lumineux de Buynes et Yagan termine magnifiquement le travail.

Vous en voulez plus ? Visionnez l’ensemble du top 11 des plus beaux buts de la saison!

L'atout numéro 1 de la Proximus League: une pépinière de talents!

L'atout numéro 1 de la Proximus League: une pépinière de talents! © belga

Année après année, la Proximus League voit éclore de nouveaux talents. Une preuve que l'antichambre de l'élite est une belle pépinière pour les jeunes pousses de notre football qui y reçoivent une véritable chance de faire leurs preuves à un niveau de compétition élevé.

Intéressons-nous à deux jeunes joueurs qui ont marqué cette saison de leur empreinte. Lors de la première journée de la compétition, OH Louvain recevait le Lierse pour un match entre deux équipes aux ambitions affirmées en début de saison. Juste après le repos, Julien Gorius donnait l'avance à l'équipe locale (2-1). Les Louvanistes semblaient sur le chemin de la victoire mais c'était sans compter avec Othman Boussaid (sur la photo à gauche). Le jeune médian de 17 ans remplaçait Bougrine et cinq minutes après sa montée au jeu, il inscrivait le but égalisateur et fixait le score final. Une nouvelle preuve que la valeur n'attend pas le nombre des années!



Daan Heymans (sur la photo à droite) est un autre exemple de talent précoce: à 18 ans à peine, le milieu de terrain de Westerlo a connu son jour de gloire lors du match contre le Lierse. Heymans avait déjà montré de belles choses lors des rencontres précédentes mais manquait souvent de sang froid en zone de conclusion. Contre les Lierrois, il a soudain trouvé le bon tempo. En inscrivant 3 buts ce jour-là, Heymans signait son premier 'hat trick' à ce niveau. Un exploit rare en Proximus League puisque seul Yannick Aguemon l'a réussi cette saison, lors de la correction infligée par OHL au Cercle de Bruges (7-1).



Une fois de plus, la Proximus League a justifié cette saison sa réputation de "révélateur de talents". Outre Heymans et Boussaid, 5 autres jeunes autour de 18 ans ont reçu du temps de jeu: Yentl Van Genechten, Jordy Gillekens, Jenthe Mertens, Jari De Busser et Daan Vekemans. Chapeau à eux!

Jusqu’au 30 avril, profitez de nos WEBDEALS sur une des options TV suivantes: football belge, international sports et all sports. Recevez 5 euros de réduction par mois pendant 3 mois, soit € 15 de réduction sur votre abonnement Proximus TV.

News

Plus de news

La meilleure offre de Sports est sur Proximus TV

Dossiers

Plus de dossiers
Top