Les Français qui trouvent leur bonheur en Proximus League © Guy Milis

S'il n'y a que deux Brésiliens en Proximus League, il y a nettement plus de Français. Et pour sûr qu'il y aura ce mardi des vestiaires divisés dans les clubs de l'anti-chambre de l'élite.


Pour l'heure, il y a dix-neuf Français sous contrat en Proximus League. Ils forment le plus grand contingent de joueurs étrangers en 1B. Reste qu'ils sont inégalement répartis.

Délégations

L'AFC Tubize et l'OH Louvain ont chacun pas moins de cinq joueurs français dans leur noyau respectif. Hugo Vidémont, Alassane Touré et Anthony Schuster ont ainsi vu arriver récemment Anthony Lippini et Thomas Henry, deux autres compatriotes, dans le vestiaire tubizien. A l'OHL,  Yannick Aguemon, Samy Kehli, Frédéric Duplus, Clément Fabre et Julien Gorius seront sans doute d'inconditionnels supporters des Bleus.

L'Union Saint-Gilloise compte elle quatre Français dans son noyau ((Thibault Peyre, Steven Pinto-Borges, Nils Bouekou en Hamadou Traore qui n'hésiteront sans doute pas à se faire entendre pour encourager les Bleus). 
En minorité

Pierre Bourdin et Eméric Dudouit (Beerschot Wilrijk) risquent de ne pas trop la ramener dans le vestiaire mauve anversois, pas plus que Franck Berrier et Clément Tainmont (KV Mechelen) qui seront en minorité derrière les Casernes. Et Baptiste Schmisser (KSV Roeselare) se sentira bien seul ce soir. Enfin, au KVC Westerlo et au  Lommel SK, il n'y aura pas de dissonnances, puisque les noyaux de ces deux clubs sont on ne peut plus noir-jaune-rouge.

Pour terminer, signalons encore qu'il y a un coach français en Proximus League. A savoir Christian Bracconi qui troquera sans doute ce soir son écharpe sang et or pour un Bleu-Blanc-Rouge coeur de France.